Dop ce n’est rien que pour les enfants


DopLa Saga Dop débute en 1934 avec une priorité : la nécessité d’avoir une bonne hygiène quotidienne. Bien entendu, cela passe par la démocratisation des produits et donc la commercialisation de shampoing à prix abordable. Au fil du temps et des générations, la marque a surtout axé sa stratégie de communication sur un public jeune. Sa dernière « collection » de shampoing au parfum de l’enfance : guimauve, madeleine, Bonbon Cola, Pomme d’amour… conforte sa position. Si vous voulez connaître un avis sur la gamme Douceurs d’Enfance, vous pouvez visiter le site de Fifi les bons tuyaux.

Si nous allons plus loin, Dop cherche à se distinguer de la concurrence par des parfums sortis de nulle part. Si vous avez des enfants et si vous leur faite un petit câlin après la douche, vous comprendrez que l’odorat est un facteur déclenchant dans notre acte d’achat.

Mais c’est de bonne guerre, car c’est dans l’enfance que se construisent une personnalité et les habitudes en matière d’hygiène. Toutefois, reconnaissons que la marque effectue des recherches pour que sa gamme soit adaptée à tous type de cheveux. Vous l’aurez compris Dop à élaborer son positionnement dans l’univers des shampoings. Est-ce un pari réussi ? Il suffit juste de poser la question à votre entourage : Si je vous dis Dop, à quoi pensez-vous ? N’hésitez pas à me donner vos réponses en commentaire.

N’oublions pas que Dop est la première marque de shampoing lancé par L’Oréal (parce que vous le valez bien) et qu’après plus de 80 années d’existence, elle a su se forger une solide réputation auprès des mères de famille. Le premier exemple date de 1952 lorsque le groupe décide de lancer « les Journées des enfants propres » dans les écoles. Un beau lobbying made in France. En tout cas les résultats sont là car aujourd’hui, P’tit Dop fait le bonheur des enfants de 4 à 12 ans. Après c’est une autre histoire…

Autre question : pourquoi le produit plaît tant aux enfants ? La richesse de ses parfums, je l’ai déjà écrit. « IL NE PIQUE PAS LES YEUX ! », il facilite le démêlage autrement dit faire un shampoing devient un jeu.

Pour en savoir plus :

Pour l’anecdote, dans une étude publiée par Groupe Nomen, Dop est plutôt vu comme une marque de gauche et l’Oréal comme véhiculant une image de… Droite. Tout est donc bien subjectif dans le monde de la perception des marques. Vous pouvez télécharger le détail de cette étude très intéressante : Droite ou gauche – Quelles valeurs les français attribuent-ils aux marques ?